Histoire

Attractions Boréales, l’histoire…

Je suis natif de Girardville.

Début 1980, à l’âge de 10 ans, j’allais promener le chien de mon voisin Marcel, un puissant Malamute d’Alaska prénommé Flic. L’hiver, je l’attachais à ma petite luge et me faisait tracter. Quelques temps plus tard, Flic finit par partir.

Quelques années plus tard, j’acquiers mes premiers chiens croisés nordiques et compose mon premier attelage.

En 1992, j’offre ma première femelle Malamute « Jessy« à Janic, ma femme. La suite est simple, Jessy devient naturellement ma chienne.

Jessy donnera naissance à deux portées de 11 chiots chacune. Neuf bébés gris et deux noirs sur les deux portées.

En parallèle, je travaille dans la coupe de bois en forêt en tant que contremaitre. J’ai commencé en forêt dès l’âge de 16 ans lorsque je quitte l’école.

C’est en 1994 que je commence à guider en traineau à chiens.

En 2001, après sept années au sein du même  centre de traineaux à chiens, je rejoins le Camp des Écorces et Alain Brenichot, le bras droit de Nicolas Vanier.

Je démissionnais cette année là de mon travail, et laissais un bon salaire pour me consacrer aux chiens et au guidage.

En 2002, Attractions boréales voit le jour avec 21 chiens au compteur.

En 2003, j’accueille mes premiers clients.

En 2004, nous rénovons un chalet au lac Pelletier pour accueillir du monde.

Attractions Boréales se développe et se déplace à Saint Edmond les plaines dans un relais motoneige qu’il faut à nouveau rénover.

En 2014, nous achetons une épicerie (dépanneur) et c’est Janic qui s’occupe de la gérance. Elle prépare des plats fait maison pour nos expéditions dans sa petite cuisine et les met aussi en vente dans l’épicerie.

Amateur et aimant de la nature, chasseur et pêcheur, et ayant toujours été attiré par le grand nord, les autochtones, les inuits et leur culture et traditions, c’est naturellement que je me suis tourné vers les chiens.

Aujourd’hui ne pouvant plus guider par manque de temps, j’aime à transmettre ma passion et mon expérience en ouvrant la porte du grand nord à tout ceux qui veulent s’y oser.

Tony PARÉ